Plaisir et équilibre

Autor | novembre 4, 2017 | À chacun son régime, Bon vivant |


Manger, c’est «se nourrir», «se socialiser», mais aussi «se faire plaisir». Le bon vivant est amoureux de la vie et de la bonne chère. Manger est pour lui un art et une préoccupation de chaque instant. Il envisage les repas comme des moments privilégiés de partage, de convivialité… et de plaisir! C’est pourquoi mettre un bon vivant au régime restrictif relève de l’hérésie!
Malheureusement, les plaisirs de la table se transforment parfois en excès de table et les kilos s’installent insidieusement. Sans modifier radicalement votre mode alimentaire, il faut réagir avant de laisser un sérieux embonpoint se constituer.
Commencez par rédiger un carnet alimentaire: sur une semaine, week-end compris, notez tout ce que vous mangez,
sans oublier les boissons, les sauces rajoutées, l’apéritif et le pain. Ne changez rien pendant cette semaine à vos habitudes.
Puis essayez d’analyser vous-même les repas jour après jour et comptabilisez sur la semaine le nombre:
— d’apéritifs;
— de repas qui comportent à la fois du fromage et de la charcuterie;
— de fritures (pommes sautées, beignets, frites, nems…);
— de plats en sauce;
— de plats pâtissiers (vol-au-vent, quiche, tarte sucrée ou salée…);
— de verres de vin;
— de «petites douceurs» (chocolat, confiseries, gâteaux secs, glaces…);
— de repas au restaurant ou entre amis.

Comptabilisez également le nombre:
— de fruits;
— de légumes verts (crudités, potages, légumes cuits);
— de laitages nature (yaourts, fromages blancs);
— de verres d’eau plate ou gazeuse.

Après avoir fait tous ces calculs, vous pouvez mieux vous rendre compte de vos erreurs alimentaires. Peut-être s’agit-il d’un excès de graisses cachées (charcuteries et fromages, fritures, plats pâtissiers ou chocolat…). Il peut s’agir également d’un manque de fruits, légumes et laitages nature. Pour apprendre à équilibrer vos menus, rendez-vous au «régime hypocalorique classique».
Soyez plus attentif à l’assaisonnement et à la quantité de matières grasses que vous utilisez pour cuisiner:
— consommez-vous les frites avec de la mayonnaise?
— ajoutez-vous plus d’une cuillerée à soupe de vinaigrette sur votre portion de crudités?
— votre petite plaquette de beurre est-elle terminée en moins d’une semaine?
— dosez-vous la quantité d’huile que vous utilisez pour cuisiner?
— ajoutez-vous systématiquement du beurre, de la crème ou de l’huile sur les légumes?

Je vous rappelle que les graisses augmentent considérablement la valeur énergétique d’un plat : par exemple, une portion de salade verte nature apporte moins de 10 kcal. Cette même portion de salade, assaisonnée avec deux cuillerées à soupe de vinaigrette classique, apporte 150 kcal!
Vous comprendrez bien qu’il faut absolument réduire les quantités de matière grasse d’assaisonnement et de cuisson.
Privilégiez les modes de cuisson qui nécessitent peu ou pas de matière grasse (gril, cuisson en papillote, barbecue, cuiseur vapeur…) et conservez un peu d’huile végétale pour l’assaisonnement.
Si votre péché mignon est plutôt l’apéritif et le bon vin, je vous invite à lire la partie consacrée aux boissons alcoolisées ainsi que celle consacrée à l’apéritif en général.
Si vous prenez régulièrement vos repas au restaurant, je vous propose de réaliser les bons choix lorsque vous mangez dans un restaurant français, asiatique, oriental, mexicain… afin de mieux concilier plaisir et équilibre.

Originally posted 2014-08-12 16:06:46.

Comments

comments



lobésitécuisinergourmandisel\obésitérepas équilibréwww methodesmaigrir commaigrir apres 80anscontentmethodesmaigrir comméthodes montignac